Quand Dieu nous parle

Ma bataille avec le Covid
Comment j’ai attrapé le covid :
Tous les mercredis soir je me rends dans un resto où ceux qui viennent et dînent peuvent chanter. De 19h à 20h, nous avons un cours de chant et ensuite nous allons nous asseoir à table et pendant que nous dînons, chacun peut monter sur l’estrade et chanter l’un après l’autre.
Pendant le cours ça allait, nous respections les distances et j’avais même le masque pour me déplacer dans le restaurant. Puis, lorsque nous sommes passés à table, une idée de me protéger m’a traversé l’esprit mais j’ai suivi le mouvement. Je me suis assise à côté de quelqu’un qui se sentait malade et avec qui j’ai conversé presque face à face. Et puis je suis rentrée chez moi.
Le samedi matin, un des participants m’a appelée en me disant qu’il y avait déjà 4 personnes testées positives et que la personne qui nous avait servis était positive. Il fallait me faire tester.
Je savais déjà que j’étais positive mais curieusement je n’avais pas peur.
Le résultat est tombé lundi soir, j’étais positive.
La maladie :
Au début, le mardi j’ai eu un peu de fièvre 38 et c’est retombé. Le lendemain je n’avais plus de fièvre et je n’avais aucun symptôme, seule une fatigue s’installait. Alors je me reposais beaucoup pensant que ça suffirait. Mais plus les jours avancaient, plus je me sentais mal. Ma fille qui vit avec moi veillait sur moi comme le lait sur le feu et devait se faire beauoup de soucis même si elle ne disait rien. Elle me faisait à manger, je buvais beaucoup mais rien n’y faisait. Mon état empirait.
Au bout de 10 jours de ce régime, bien que presque tout le temps allongée, je me sentais de plus en plus mal. J’avais l’impression que j’étais perpétuellement en train de m’évanouir. Et là, je me sentais tellement mal que j’ai commencé à entendre les peurs de mes filles et j’ai commencé à me dire que peut-être je me trompais et que cette fois-ci je n’en sortirai pas vivante.
La réponse des médecins :
Alors j’ai demandé à ma fille d’appeler mon médecin. La secrétaire, bien que lui ayant dit que je pouvais pas marcher, m’a donné un rdv pour le soir même. Comme je ne me sentais pas d’y aller, après insistance, elle promets que le médecin va me rappeler.
Ce qu’il n’a jamais fait.
Alors, j’ai attendu encore un peu et toujours me sentant très mal, j’ai demandé à ma fille d’appeler le 15 (En France c’est le numéro d’urgence et de secours médical, ils peuvent envoyer de quoi vous sauver la vie).
Quand ma fille a eu le docteur en ligne qui lui a demandé des détails sur mon état, je lui ai demandé de me passer le téléphone et quelle n’est pas ma surprise d’entendre la voix reconnaissable entre toutes du médecin de famille de ma maman. En fait, ma maman est décédée depuis 2 ans et je le connais parce que lorsqu’il venait soigner ma maman j’étais souvent là car ma maman ne disait pas son état. Ma maman adorait son médecin et elle disait que lorsqu’il était venu s’installer dans son cabinet elle avait été sa première patiente. Nous pouvions avoir de grande conversation tous les deux. Quelque chose se dégageait de ce médecin, comme une aura divine que je ressentais. Ce qui était d’autant plus surprenant que je ne lui faisait pas confiance et que je me battais avec lui pour que ma maman reçoive les aides dont elle avait besoin pour rester chez elle. Et je ne lui donnais pas tout ce qu’il lui prescrivait. En effet, j’ai l’habitude de me soigner autrement et je ne vais que très rarement voir un médecin.
La connexion avec le ciel :
Alors, lorsque je l’ai eu au téléphone, j’ai compris tout de suite que quelque chose se passait , comme si le ciel me parlait. J’ai senti une grosse vague d’amour qui se déversait sur moi. J’ai nettement senti ma maman pas loin qui me disait « Ne t’inquiète pas, ça va aller ». Un frisson énorme a parcouru tout mon corps, je vibrais. Ma fille a dit : « C’est mamie qui te parle ».
Bien que je lui demande de l’aide, le médecin me disait de prendre des vitamines, de me bourrer de vitamines car comme je n’avais pas de symptômes alors c’est que c’était rien du tout, et j’allais être sur pied rapidement.
Lorsque j’ai eu raccroché, j’ai pleuré. Et mes larmes étaient des larmes de joie je crois, non pas grâce aux parole du médecin , mais bien parce que le ciel m’avait parlé.
Le ciel descend sur terre :
Puis, quelques instants après, j’ai senti monter en moi une force incroyable, une chaleur extrordinaire et l’envie irrépressible d’essayer de me lever et d’aller prendre une douche, me laver entièrement cheveux compris et puis je verrais bien : « Ca passe ou ça casse » ai-je pensé.
Je peux assurer que c’est la douche la plus difficile de ma vie. J’essayais de tenir debout et je me suis concentrée sur ce que je devais faire en me disant qu’en dernier recours je pouvais m’assoir dans ma douche. Ne pas me faire mal en tombant. J’ai réussi et je suis allée me recoucher. Ensuite, dès que j’avais un peu d’énergie je me forçais à faire quelque chose : le repas, la douche. Et tout s’est amélioré. J’allais de mieux en mieux. Cela a pris encore une dizaine de jours pour récupérer complètement.
…………………………………………………………………………………………………………………………….
Ce n’est pas la seule expérience que j’ai eu en connexion avec le ciel.
On me dit passeur d’âme alors j’ai une autre petite histoire que j’aime beaucoup.
……………………………………………………………………………………………………………………………

Un passage d’âme
Lorsque mes filles étaient plus petites, je sympathisais souvent avec les mamans de leurs copines. Son mari travaillant beaucoup, cette maman-ci se retrouvait seule le dimanche et, comme elle avait une grande maison et moi seulement un appartement, je passais souvent avec mes filles l’après-midi et nous buvions le thé pendant que les enfants jouaient.
Ce dimanche là, mes filles étant chez leur père, je me retrouvais seule. Je n’avais pas pour habitude de trop la déranger mais j’avais une grande envie de le faire quand même et de passer boire le thé.
Alors, m’ennuyant beaucoup et suivant ce désir impérieux d’appeler, c’est ce que je fis.
Au téléphone, elle me répondit :
– « mais bien sûr, passe, mes beaux-parents sont là, pas de problème.
– Oh non non vous êtes en famille, je ne veux pas vous déranger.
– oui oui Franck (son mari) insiste, cela nous fait plaisir. D’ailleurs on va manger la galette de rois, allez viens.
Tout en me disant qu’encore une fois j’avais oublié une fête, complètement zappé.
Bref, me voilà installée dans le salon, assise sur une chaise au milieu de ces personnes que je ne connaissais pas.
Au fur et à mesure que l’après-midi avançait, je me sentais littéralement attiré par la belle-mère de mon amie. C’était une petite dame qui se recroquevillait au fond du canapé et, quand je la regardais, m’envoyait un sourire poli.
Et le ciel descend sur terre :
J’étais attirée, comme hypnotisée, je la regardais car je ne pouvais plus faire autrement. Je ne sais pas d’ailleurs, en écrivant ceci, si les autres personnes l’ont remarqué mais pour moi c’était impossible de me détacher de cette dame que je n’avais jamais vue.
Et puis tout doucement, j’ai commencé à ressentir beaucoup d’amour pour cette dame, jusqu’à me rendre compte que j’étais littéralement traversée par un faisceau qui descendait d’en haut puis qui ressortait par ma poitrine pour se diriger vers elle. C’était un faisceau très agréable et d’une force incroyable. C’était comme si quelqu’un qui n’était pas moi essayait de la rassurer, ce faisceau lui disait : « Ne t’en fais pas, tout va bien se passer, n’aies pas peur, tu ne risques rien ».
Comme ce n’était pas la première fois que je ressentais des phénomènes pour le moins étranges auxquels donc j’étais habituée, j’ai fini tranquillement l’après-midi auprès de mes hôtes et je suis rentrée chez moi.

Révélation :
Comme ce n’était pas une amie que je voyais tous les dimanches, 2 ou 3 semaines plus tard je rencontrai cette amie et elle m’apprit que son mari était très triste parce qu’il avait perdu sa maman. Ah bon répondis-je en me souvenant de cette petite dame. Elle m’apprit qu’en effet sa maman était sous dyalise depuis très longtemps et qu’à la dernière dyalise elle n’avait pas supporté. « Tiens, rappelle toi, le jour où tu es venue manger la galette des rois, et bien elle avait une dyalise programmée le lendemain lundi matin et elle est décédée ce jour-là ».
Alors, j’ai compris que le ciel l’avait accueillie et était venue lui dire par mon intermédiaire. Tout le monde était déjà là pour l’accueillir et je les ai sentis.
……………………………………………………………………………………………………………………………
L’énergie d’amour est impressionnant. Plus vite nous nous rappellerons de qui nous sommes vraiment, plus vite nous retrouverons toute notre puissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page