Vivre sa vie

Vivre sa vie
« Vivre sa vie » Qu’est-ce-que ca veut dire exactement, et pourquoi se poser la question. Ne vit-on pas notre vie ? Et qu’est-ce qui nous en empêcherait ?
Et bien, je vous pose la question : Vivez-vous votre vie ?
Votre réponse j’en suis certaine est bien sûr OUI : vous vivez votre vie.
En effet, le matin vous vous levez, prenez votre petit déjeuner et faites ce que vous avez à faire tout au long de la journée. Le soir, vous vous couchez, vous dormez et tous les jours de la même manière vous affrontez courageusement tous les problèmes de la vie quotidienne, tout ce qui vous arrive quoi, et sans sourciller pour les plus optimistes.
Et vous êtes heureux, heureux de montrer à vos parents vos beaux enfants qui travaillent bien à l’école. De leur expliquer pourquoi vous aimez votre travail et la joie qui réside dans votre couple. Bref vous êtes heureux.
Enfin, ça c’était avant. Avant que le ciel s’obscurcisse un peu.
Et oui, un matin arrive où vous n’avez plus le même entrain. Rien n’a changé pourtant mais c’est comme si vous n’écoutiez plus vos enfants et leurs problèmes, ou votre mari (ou épouse) qui en partant au travail vous lance un « Au revoir Chéri(e), à ce soir ! »
Vous êtes dans votre monde, comme déconnecté(e) de ce qui vous entoure, comme étranger(e) dans cette réalité dont vous ne vous sentez plus faire partie.
Alors la première personne que vous allez voir est votre médecin de famille qui va vous prescrire des vitamines pour vous rebouster. Evidemment, pour lui c’est une petite fatigue passagère rien d’autre.
Mais, après plusieurs cures de vitamines pendant quelques mois ou années selon certains, rien ne change. Tout ce qui vous entoure va bien, vos enfants sont heureux, joyeux, votre compagne ou compagnon vous aime toujours autant.
VOUS NON, VOUS N’ALLEZ PAS BIEN.
En plus de tout ce mal-être, va s’ajouter la culpabilité d’être la personne qui n’a plus d’énergie, ou d’enthousiasme, qui n’arrive plus à participer. Vous perdez patience, vous vous énervez vite, rien ne va plus.
Tout ce que vous voulez c’est qu’on vous laisse tranquille.
Retour case départ chez le médecin de famille qui, après que vous insistiez car vous ne comprenez vraiment pas ce qui vous arrive, va vous orienter vers un confrère …….Psychiatre ou psy-quelque chose.
Et là, ca y est, le mot est laché, c’est la
DEPRESSION
A la première consultation, vous allez, peut-être pour la première fois, raconter votre expérience de vie souvent en pleurant abondamment et repartir avec une ordonnance de médicaments que vous ne prendrez pas forcément. Et puis vous continuerez comme cela sur plusieurs séances chez le psy.
Quant un jour, souvent par hasard, vous faites la connaissance d’une nouvelle personne qui va vous parler de telle ou telle méthode qu’elle connaît et qu’elle vous conseille pour vous faire du bien.
Ca y est vous voilà entré(e) dans ce vaste domaine de la :
MEDECINE PARALLELE
Une autre façon de voir les choses : la méthode holistique
Vous commencez à lire des livres de développement personnel, vous vous informez. Puis vous allez commencer à chercher des professionnels pour vous faire aider.
Si c’est à peu prés votre parcours, alors vous êtes à la bonne place, vous êtes montée sur la première marche d’un parcours courts ou longs, sinueux ou rectiligne suivant les personnes. Ce chemin va vous entraîner dans des méandres que vous ne soupçonniez même pas, vers un vous-même qui va, je vous le souhaite, vous exalter, vous ravir, vous éblouir, bref vous faire du bien.
Je suis donc Sophrologue, Magnétiseuse et Energéticienne.
J’exerce mon métier depuis 20 ans et j’accompagne les personnes sur leur chemin de vie, sur leur « légende personnelle » comme le dit Paullo Coelho qui dit aussi : « L’extraordinaire se trouve sur le chemin des gens ordinaires. »
En effet, il n’est pas question ici de comprendre pourquoi notre vie n’est pas extraordinaire, mais plutôt comment elle l’est et pourquoi nous ne le voyons plus. Pourquoi ce voile qui est subitement tombé devant nos yeux nous empêche de voir la beauté de tout ce qui nous entoure.
J’ai été accompagnée sur mon chemin par des personnes qui m’ont aidée à retrouver le chemin de la joie, de l’enthousiasme, de l’action aussi. J’ai découvert en fait que j’avais tout pour être heureuse et que je ne le voyais pas.
J’ai enfin appris à vivre avec cette personne que je ne connaissais pas si bien que ça, je me suis réconciliée avec elle. Je me rappelle du jour où je lui ai donné concrètement la main et où elle m’a tendu la sienne. Une grande émotion ce jour-là m’a fait comprendre que j’étais sur le chemin de ma légende personnelle. Ces retrouvailles m’ont tellement réconfortée que depuis ce jour, je ne me sens plus jamais seule, elle est toujours avec moi, elle est ma force, ma joie, mon courage, ma foi, ma stabilité, mon énergie, ma boussole. Je peux dire qu’avec elle je vais au bout du monde, j’affronte mes peurs, je traverse le vide de l’inconnu. Je ne pouvais rien faire sans elle, j’ai compris pourquoi j’avais été aussi vide mais j’ai aussi compris que j’avais un grand courage, une grande force.
J’ai appris tout cela parce que cette personne qui m’a apporté tant de réponses, et tant de compréhension, qui a transformé ma vie c’est :
MOI-MÊME
Et oui, ne cherchez plus, et surtout n’allez pas chercher très loin de vous ce qu’il y a bien caché au fond de vous-même. Tout est là, en vous : aussi bien les réponses à vos questions que vos talents et tout ce qui fait que vous êtes un être unique tout en étant fondu dans le même moule que tous les autres êtres humains.

COMMENT FAIRE ?
Et oui comment faire, est-ce si facile de se réapproprier soi-même ?
Et bien oui et non.
En fait, c’est tout simple. Il suffit de se détendre et d’écouter tout ce qui se passe à l’intérieur de vous. Mais en avez-vous l’habitude ? Vous l’apprend-t-on à l’école ou à l’université ? Evidemment pas. Dans ce monde qui n’est construit que sur ce que nous allons acquérir dans la vie : un bon travail, une belle maison, de beaux enfants, rien n’est fait, et de plus en plus, pour laisser aux enfants le temps de se construire aussi bien physiquement que psychologiquement et émotionnellement.
La seule manière d’y parvenir prend du temps, ce temps que l’on va se donner pour se connaître et comprendre comment nous fonctionnons.
La sophrologie vous permettra de faire ce chemin.
Ce chemin n’est pas difficile pour quelqu’un qui l’aborde avec humilité, qui veut bien croire que, même si cela parait fou, et bien il se serait peut-être trompé. Pas trompé de vie, non, ca je ne le crois pas mais trompé de manière de la regarder. Accepter que peut-être il a encore beaucoup à apprendre qu’il ne soupçonnait même pas.
Evidemment, personne ne pousse la porte d’un professionnel de développement personnel sans avoir une bonne raison. Soit les personnes de son entourage l’on vivement encouragé, soit il traverse une periode difficile comme un deuil ou une séparation. Mais finalement tant mieux, cela l’amène à s’arrêter un instant et essayer de faire un petit bout de chemin vers lui-même.
Un jour, alors que j’expliquais mon métier dans le cadre de publicité et que je finissais mon laïus par « et vous trouverez le bonheur », la personne qui m’interviewait s’étonnait du mot « bonheur ». « Et oui », lui ai-je répondu, »je ne mens pas, c’est bien de bonheur qu’il s’agit ».
LE BONHEUR
Effectivement, le bonheur, le vrai bonheur, et là je parle d’un bonheur constant et qui n’est pas fluctuant suivant les évènements de la vie, ce bonheur là vient de l’intérieur. Lorsque nous éprouvons de la joie grâce à un évènement extérieur nous sommes heureux et nous éprouvons du bonheur. Ce bonheur nous anime, nous fait vibrer. On en a besoin pour vivre bien sûr mais il n’est pas constant.
Le bonheur qui vient de l’intérieur celui-là est constant, c’est notre force, notre résistance à toutes les épreuves. C’est ce sentiment qui va nous aider à faire face à toutes nos peurs et nous en avons tous et plusieurs. Ce bonheur là va nous donner de l’énergie incroyable que nous ne soupçonnions même pas. C’est le bonheur d’exister en accord profond avec nous-même, qui donne une joie profonde et constante pour peu que nous gardions toujours ce regard plongé vers ce profond en nous-même.
Ce n’est pas compliqué, mais évidemment comme pour toutes choses nouvelles, il faut s’entraîner à le faire. Nous n’avons pas l’habitude de nous regarder nous-mêmes et même d’essayer de nous comprendre.
Cela demande un petit chemin qui, à mon humble avis, doit de faire accompagner par un professionnel et je prêche pour ma paroisse mais surtout en connaissance de cause car je, pour avoir fait ce chemin moi-même, je sais de quoi je parle. Voila comment comment retrouver le chemin de sa vie, la vraie celle-la,
vivre sa vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page